Une femme de 65 ans est la seule qui se soucie de sa mère de 90 ans et apprend que son nom est laissé par volonté

941 Views

Reese ne se souciait pas de l’argent, mais elle se souciait de savoir pourquoi sa mère l’avait exclue du testament. Lorsqu’elle a confronté sa mère, une longue toile de mensonges a commencé à se défaire.

“Promise me you will take your medication on time.”

“I promise.”

“And you will call the neighbor for help if you need any.”

“Yes, yes.”

“And that you won’t eat steak for breakfast, lunch, and dinner.”

“Alright, alright, I won’t. Save all this mom-mode lecturing for your mother, will you, Ree?”

Reese couldn’t bring herself to leave. Not with the kitchen renovations of her house halfway through and not with her sweet husband Mac bound to the wheelchair after a fall.

“Allez ! Ta mère a plus besoin de toi que moi.”

Reese a retenu ses larmes, a embrassé l’amour de sa vie au revoir et est montée dans le taxi pour l’aéroport.

En chemin, elle a appelé le numéro le plus fréquemment composé sur son téléphone au cours de la semaine dernière. Romain.

Elle composa et recomposa une centaine de fois sans réfléchir, espérant qu’il répondrait à l’appel de sa sœur – sachant qu’il ne le ferait probablement pas.

« Avait-il repris ses anciennes habitudes ? Evitait-il ses appels ou avait-il des ennuis ?

Chaque pensée qui progressait rendait son cœur plus lourd d’inquiétude.

« Et plus important encore, est-ce que maman va bien ? »

Reese frissonna lorsqu’une vieille pensée la revisita. Elle n’aurait pas dû laisser maman aux soins de Roman il y a deux ans.

Un vol retardé et 2 heures de route plus tard, Reese décollait enfin sur le vieux tapis familier du salon de sa maison d’enfance. La maison semblait plus petite et plus terne, et un air de négligence et de tristesse était emprisonné à l’intérieur des murs.

« Roman, es-tu là ? Maman ! » Reese traîna ses pieds fatigués autour de la maison aussi vite qu’elle le put.

“Ici!” Elle entendit la voix de sa mère venant du grenier.

“Maman, tu m’as manqué !” Reese a oublié qu’elle était elle-même une femme de 65 ans et a embrassé sa mère comme elle le faisait quand elle était petite fille. C’est alors qu’elle s’en aperçut. « Maman, tu brûles ! As-tu froid ?

Maureen s’était recroquevillée dans son lit, tremblante, incapable d’ouvrir les yeux ou de prononcer un mot.

‘Où au nom de Dieu est Roman?!’

Reese n’a pas eu le temps de penser à l’irresponsabilité de son frère. Tout comme elle n’a pas eu le temps de vérifier ses propres pieds enflés ou d’appeler son mari. Elle devait s’occuper d’une maman de 90 ans souffrante.

Pendant toute la semaine qui a suivi, elle s’est plongée dans le rétablissement de la santé de Maureen. Chaque minute d’éveil, elle faisait l’épicerie, préparait un repas chaud, baignait sa mère, nettoyait après elle ou rangeait les pièces un coin en désordre à la fois. Quand elle avait une minute pour reprendre son souffle, elle s’allongeait sur le canapé et appelait son mari.

Un de ces après-midi, Reese s’est presque assoupie lorsqu’elle a entendu frapper à la porte.

“Bonjour. Je suis l’avocat de Mme Sullivan. Je suis ici pour discuter de la version finale de son testament.”

“Oh, j’ai bien peur qu’elle dorme. Laissez-moi voir si…”

“C’est bon. En fait, ce serait super si vous pouviez le lire une fois. Aussi, pourriez-vous simplement le lui lire une fois qu’elle est réveillée ? Marquez simplement les derniers changements qu’elle veut faire. Je reviendrai demain.”

L’avocat est parti précipitamment, mais non sans rappeler à Reese : « S’il vous plaît, il est important que VOUS lisiez le testament en détail.

Reese mit ses lunettes de lecture et traça son doigt le long du document, ligne après ligne. C’est alors qu’elle l’a vu.

Ma l’avait laissée entièrement en dehors du testament. Il n’y a pas eu d’héritage, pas de dernière lettre d’amour ou de fermeture. Tout devait être donné à Roman. Le fils qui s’était débarrassé de ses responsabilités.

Parfois, dire la vérité est la bonne chose à faire.
Ce soir-là, Reese était assise avec sa mère dans le jardin, se peignant les cheveux.

“Votre avocat était ici. Il m’a demandé de revoir le testament que vous lui avez demandé de rédiger.”

« Ah ! Et qu’en avez-vous pensé ? Maureen avait l’air énergique alors qu’elle répliquait sarcastiquement.

Reese a été surprise par la froideur de sa mère. Avait-elle fait quelque chose qui avait blessé sa mère sans le savoir ?

“Tu sais que je me fiche de l’argent. Mais je veux savoir pourquoi tu as eu envie de m’exclure complètement.”

“Oh, je pense que l’argent est la seule chose qui t’importe. Sinon, pourquoi es-tu soudainement apparu maintenant, après deux ans à nous avoir abandonnés, ton frère et moi ?”

“T’abandonner ? Je ne comprends pas…”

« Tu viens de me jeter sur les épaules de ton frère et tu es parti, n’est-ce pas ? Depuis, il a dû occuper plusieurs emplois pour joindre les deux bouts.

“Il avait non seulement réussi à payer les factures, mais il avait également économisé suffisamment pour acheter une voiture. Mais il n’a pas pu payer les versements en raison de l’augmentation des factures médicales, et le véhicule a été emporté.

“Il a sacrifié une grande partie de son temps à s’occuper de moi alors qu’il aurait dû profiter de sa vie et se concentrer sur la création de l’entreprise de ses rêves.

« Et vous ? Qu’avez-vous sacrifié ces deux dernières années ?

“A part parler à Roman une fois tous les trois mois, lui as-tu envoyé un seul centime ces deux dernières années ?”

Avant de dire un autre mot, Reese entra tranquillement, apporta un pot de café frais et s’assit devant sa mère, lui tenant la main.

Alors que Reese révélait la vérité avec autant de douceur et de gentillesse que possible, le cœur de Maureen est passé de la confusion à l’incrédulité, au regret et finalement à la honte.

Comment pouvait-elle être si aveugle ? Comment n’a-t-elle pas vu Roman lui mentir tout ce temps ? Pourquoi a-t-elle ignoré les signes ?

Elle a su que quelque chose n’allait pas quand il a dit qu’il avait deux emplois et qu’il trouvait toujours le temps de ramener ses amis à la maison pour boire un verre tous les deux soirs.

Elle a ignoré les appels téléphoniques où elle l’a entendu dire qu’il avait encore perdu de l’argent. Elle aurait dû se fier à son instinct qu’il jouait à nouveau. Surtout quand la voiture qu’il avait achetée avait été emportée par une bande d’hommes louches à cause d’un “malentendu”.

Bien sûr, Reese avait envoyé l’argent pour mon traitement et mes soins. Bien sûr, c’était son argent que Roman gaspillait. Et, bien sûr, elle la réclamait lorsqu’elle appelait Roman chaque semaine.

Plus tard dans la nuit, Maureen était allongée dans son lit, recroquevillée en larmes, libérant la haine injuste qu’elle avait laissée entrer dans son cœur.

Pendant ce temps, Reese est sorti se promener dans le vieux quartier. Alors qu’elle marchait seule, se tenant debout, sentant le poignard douloureux de la trahison de son frère, une autre vieille pensée la revisita.

“Papa ! Tu me manques !” Reese leva les yeux vers le ciel nocturne sans étoiles et pleura. Elle savait que les choses auraient été différentes s’il avait été en vie.

Et même s’il ne l’était pas, Reese savait qu’il veillait sur elle de là-haut.

Soudain, elle a heurté un groupe d’hommes d’âge moyen qui trébuchaient le long du trottoir, puant l’alcool, parlant avec des mots pâteux.

« Reese ?! Qu’est-ce que tu fais ici ? L’un des hommes parut choqué lorsqu’il la reconnut.

“Salut, Roman. Je suis ici pour sauver ma mère du plus grand mensonge qu’elle ait vécu.”

Il était étonnamment facile de s’éloigner de l’homme qu’elle aimait autrefois comme son propre enfant.

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

Ne jugez pas trop vite. Maureen a assumé l’égoïsme de sa fille avant d’entendre sa version de l’histoire.
Parfois, dire la vérité est la bonne chose à faire. Reese a dû faire le choix difficile de briser la bulle de sa mère, mais elle savait qu’elle devait le faire. Sinon, Maureen n’aurait jamais su comment elle avait été trahie.
Partagez cette histoire avec vos amis. Cela pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être celle d’une vieille femme qui a aliéné ses enfants pendant huit ans et a ensuite essayé de les reconquérir.

Cette pièce est inspirée d’histoires de la vie quotidienne de nos lecteurs et écrite par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est purement fortuite. Toutes les images sont uniquement à des fins d’illustration. Partagez votre histoire avec nous; peut-être que cela changera la vie de quelqu’un.

Leave a Comment