Un vieil homme qui demande un prêt est expulsé de la banque, un policier le ramène par la main

31 Views

Un vieil homme essaie d’obtenir un prêt pour acheter une maison pour lui et son petit-fils. Sans cela, ils courent le risque de devenir sans-abri. Mais les caissiers de la banque déclinent sa candidature à plusieurs reprises avant qu’une partie improbable ne vienne à son secours.

Robert était aussi dévoué qu’ils sont venus. Il y a des années, il avait été père de famille et la vie avait été belle pendant un certain temps. Mais la vie semblait toujours lui lancer des balles courbes.

Il avait 80 ans et avait perdu la plupart des membres de sa famille. Ceux qui étaient encore en vie vivaient loin des océans et n’avaient pas été en contact avec lui depuis des années. « Est-ce que c’est comme ça qu’on a été récompensé pour avoir vécu aussi longtemps ? » se demandait-il souvent.

Robert aurait souhaité être mort avec sa femme il y a des décennies. Elle égayait toujours ses journées et rendait chaque situation encore un peu plus supportable. Elle lui manquait terriblement, mais que pouvait-il faire ?

Il n’était cependant pas tout à fait seul. Il partageait son appartement loué avec son petit-fils orphelin, mais leurs conditions de vie n’avaient rien d’extraordinaire. Il a toujours senti que son petit-fils, Gavin, vivait avec lui par manque de choix.

Alors que Gavin était un jeune homme travailleur, il aurait préféré passer du temps avec ses amis qu’avec son grand-père. Robert l’a compris, même si Gavin était assez respectueux pour ne jamais le lui dire en face.

Il s’était rendu plusieurs fois à la banque, mais les commis l’avaient refoulé, affirmant qu’il n’était pas éligible à un prêt en raison de son âge. Il a même accepté un travail supplémentaire en tant que chauffeur à la demande, mais cela ne suffisait toujours pas.

« Je dois repartir et retenter ma chance », se dit-il. « On ne peut plus vivre comme ça ! »

Le lendemain matin, il s’est réveillé à l’aube, habillé du mieux qu’un homme de 80 ans, et a trotté jusqu’à la banque à quelques pâtés de maisons de son appartement.

Il avait tous ses papiers avec lui – des lettres d’offre de ses deux emplois et une copie de son relevé bancaire indiquant ses soldes bancaires. Il avait même des copies des fiches de paie de son petit-fils, juste au cas où cela l’aiderait à obtenir un prêt. Il est venu préparé à toute éventualité.

Il entra avec confiance et s’approcha d’une des fenêtres du caissier, mais avant d’y arriver, il entendit : « Pas encore ce vieil homme ! C’est la deuxième fois ce mois-ci !

Robert a été ébranlé, mais la déclaration ne l’a pas empêché de s’approcher du caissier. « Une autre demande de prêt ? » demanda le caissier en roulant à moitié des yeux.

« Oui, j’ai tous les documents nécessaires », répondit Robert en ouvrant l’enveloppe brune contenant tous ses papiers.

« A moins que vous n’ayez rajeuni un peu au cours du dernier mois, nous ne pouvons toujours pas vous accorder de prêt ! » dit le caissier, regardant ses collègues pour approbation.

« Mon pointage de crédit est excellent et j’ai un revenu stable— »

« Mais tu es encore trop vieux ! le caissier l’interrompit, alors même que le reste de ses collègues se moquaient de Robert à voix basse.

Robert a senti son visage devenir rouge et a envisagé de faire demi-tour et de s’enfuir, mais c’était là que son gagne-pain et celui de son petit-fils étaient en jeu. Il pourrait sûrement pousser un peu plus fort. « S’il vous plaît, regardez mes documents. Je sais que l’âge n’a pas d’importance. »

« Et dans quelle école t’a-t-on appris ça ? demanda un autre caissier, ses lèvres se courbant en un sourire suffisant.

Robert regarda autour de lui, espérant que quelqu’un sauterait à son secours. « S’il vous plaît, je pourrais perdre mon appartement. Mon petit-fils et moi pourrions nous retrouver sans abri », a-t-il supplié en dernier recours.

« Désolé, si nous pouvions vous aider, nous le ferions, mais vous êtes tout simplement trop vieux. »

« Vieil homme ! Pars pour que nous puissions nous occuper des autres ! cria un garde.

Robert tremblait de colère, et alors qu’il se retournait pour partir, résigné à son sort, il pouvait sentir les yeux des scrutateurs lui transpercer le dos. Il ne pouvait pas les voir, mais il savait qu’ils se moquaient de lui.

Une fois sorti de la banque, il a commencé à marcher vers la rue de son appartement, perdu dans ses pensées, lorsqu’il est tombé sur un policier faisant sa ronde autour du pâté de maisons.

« Désolé, j’aurais dû regarder où j’allais ! » Robert s’excusa rapidement, surpris. « Juste la personne que j’avais besoin de voir. »

« Ça va, monsieur ! Vous semblez préoccupé. Comment puis-je vous aider ? » proposa l’officier.

Sceptique à l’idée de partager ses pensées, Robert s’est de nouveau excusé, mais l’officier ne le laissait pas partir aussi facilement. « Vous pouvez me parler, » persuada doucement l’officier Cane.

Robert a raconté sa situation difficile, heureux de déverser ses frustrations sur quelqu’un en terrain neutre. Une fois qu’il eut terminé, l’agent Cane fut choqué de voir à quel point les employés de la banque avaient traité l’homme plus âgé.

Il a tenu la main de Robert et a dit : « Marche avec moi. Je ne suis peut-être pas banquier, mais même moi, je sais que l’âge ne devrait pas être une raison pour se voir refuser un prêt. Bien qu’il ne puisse pas forcer la banque à accorder un prêt à Robert, il pouvait appeler les employés pour leurs actions non professionnelles.

Ils sont retournés à la banque et Cane a demandé à parler au directeur. Une fois arrivé, Cane a raconté l’histoire de Robert, notant que Robert s’était rendu à la banque à plusieurs reprises mais qu’il avait été refoulé pour la même raison : son âge !

Le directeur était stupéfait ! Il se retourna vers les caissiers, les yeux rouges de colère. « Qui ? Qui a renvoyé cet homme ? Sa voix retentit dans le hall de la banque alors que les caissiers faisaient semblant d’être occupés sur leurs écrans d’ordinateur.

« Quelqu’un pourrait-il me montrer où il est indiqué que l’âge est un facteur dans une demande de prêt ? » Il a demandé.

Les caissiers se recroquevillèrent, et bien qu’ils aient été prompts à chasser Robert, aucun ne s’avança pour revendiquer leurs actions. Le directeur a menacé d’intenter une action en justice s’il traitait un autre client de la même manière.

Il s’est abondamment excusé auprès de Robert et a proposé de consulter lui-même les papiers de Robert. Alors qu’il accompagnait le vieil homme à son bureau au fond de la salle, il lança à ses caissiers un regard menaçant, presque comme s’il les défiait de répéter l’erreur et de voir ce qui se passerait.

Trente minutes plus tard, Robert réapparut du bureau du directeur et ne put s’empêcher de sourire sur son visage. Il pouvait enfin s’assurer un bel appartement pour lui et son petit-fils. Cette réalité lui apporta tellement de joie qu’il oublia l’enfer qu’il avait traversé quelques minutes plus tôt.

Il sortit de la banque un homme heureux et n’accorda pas un second regard aux caissiers.

Trois semaines plus tard, Robert et Gavin emménagent dans leur nouvel appartement. Ne pas avoir à se soucier du loyer était en effet un rêve devenu réalité, et il n’a jamais oublié de remercier l’officier qui a fait de tout cela une réalité.

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

L’aide peut provenir des endroits les plus inattendus. Robert avait presque abandonné son rêve de posséder une maison, mais lorsqu’il a approché un policier, il a pu l’aider.
Faites toujours ce qu’il faut, même lorsque vous êtes en position de pouvoir. Les employés de la banque auraient pu donner du fil à retordre à Robert, mais leur fierté les a gênés.
Partagez cette histoire avec vos amis. Cela pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être aussi celle d’un pauvre homme qui réalise le dernier souhait de sa défunte grand-mère de reconstruire sa maison, seulement pour trouver une cave enterrée à côté. Cliquez ici pour lire l’histoire complète.

Cette pièce est inspirée d’histoires de la vie quotidienne de nos lecteurs et écrite par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est purement fortuite. Toutes les images sont uniquement à des fins d’illustration. Partagez votre histoire avec nous; peut-être que cela changera la vie de quelqu’un.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Récents