Papa élève seul des bébés jumeaux malgré la perte de ses jambes, obtient de manière inattendue 2 millions de dollars de chance de marcher à nouveau

117 Views

La vie de Jon Ryder a été bouleversée après avoir perdu ses deux jambes, son travail et sa femme qui l’a quitté pour élever ses jumeaux tout seul. Les choses étaient sur le point de changer lorsqu’un vieux couple frappa à sa porte.

Le givre commençait à se déposer sur les cadres des fenêtres. « Tombent-ils ? Ou volent-ils ? Qu’est-ce que ces petits grains de neige auraient à dire à ce sujet ?

Jon a regardé le monde extérieur à travers la vitre sur fond de berceuse de Brahms. Cela ressemblait à un flou magnifique mais déchirant. Il ne se souvenait pas de la dernière fois où il était allé faire des courses comme cette femme qui traversait la rue.

Il ne se souvenait pas de la dernière fois où il avait senti le cuir d’un volant entre ses paumes ou le vent dans ses cheveux. Il ne se rappelait pas ce que ça faisait de marcher pieds nus sur l’herbe ou ce que ça faisait d’avoir des jambes.

Trois semaines s’étaient écoulées depuis le premier drame : l’accident. C’était un vendredi, son dernier vendredi en tant que superviseur adjoint à l’entreprise de construction Higgs. Il traça du regard la hauteur des charpentes de fer et de ciment de la tour d’habitation en construction.

Dans environ 8 mois, le projet serait prêt, ajoutant une touche de beauté poétique au quartier autrement terne. Mais dans environ trois mois, quelque chose d’infiniment plus beau devait arriver dans sa vie et celle de Louise.

“Si ce sont des filles, nous les appellerons Claire et Diana”, avait finalement accepté le jeune couple après des mois de recherche sur les sites Web de prénoms de bébé.

« Et si ce sont des garçons, cependant ? Comment s’appelleront-ils ? a demandé Louise.

Jon souhaitait secrètement que ce soit une fille et un garçon. Mais il était toujours à la recherche du nom de garçon parfait.

Lors de son dernier jour de travail, Jon a aperçu un petit garçon courant en s’amusant entre les cônes de sécurité alignés autour du site.

« Hé, petit homme. J’ai besoin que tu recules de quelques pas, d’accord ?

“Qu’est-ce que tu fabriques ici ?” Le garçon semblait avoir environ quatre ou cinq ans, mais il y avait la sincérité d’un vieil homme à la retraite dans sa question.

Jon a souri et a dit: “Appartements.”

« Woah ! C’est incroyable. Puis-je en avoir un ? »

L’ami de Jon, qui avait écouté la conversation, gloussa chaleureusement de l’innocence du garçon.

« Ouais, mec, je peux en avoir un aussi ? En fait, tu sais quoi ? Je vais en avoir besoin de deux. C’est le seul moyen pour que ma belle-mère arrête de traîner tout le temps chez nous.

Plus d’hommes en gilets jaunes et orange ont ri des plaisanteries.

« Tu sais quoi ? Reviens ici avec tes parents dans environ huit mois. Laisse-moi voir ce que je peux faire.

« Génial ! Merci, monsieur. Le garçon ajusta sa chemise et se pencha pour une poignée de main.

“Maintenant, vas-y. Attends, comment t’appelles-tu, fils?”

“Caleb.”

Les yeux de Jon s’illuminèrent lorsqu’il entendit le nom.

C’était la dernière chose qu’il se rappelait avoir entendue. Lorsqu’il se réveilla ensuite, il regardait un plafond vide au-dessus de lui, de longs rideaux en plastique d’un côté, et un moniteur bip et des gouttes de l’autre.

Il a fallu quelques secondes à Jon pour prendre conscience de son corps, mais il se souvient avoir ressenti un étrange engourdissement au niveau de ses jambes.

« Que s’est-il passé ? Où suis-je ? demanda-t-il à l’infirmière qui était venue vérifier ses signes vitaux.

C’est alors qu’il a appris l’accident il y a deux jours. Une pile de dalles de béton et d’échafaudages en fer était soulevée mécaniquement vers les étages supérieurs lorsque l’ascenseur a mal fonctionné, laissant les dalles tomber en pleine force. Malheureusement, ils ont atterri sur Jon, qui a été instantanément inconscient et a subi de multiples blessures.

“Considérez-vous chanceux”, lui ont dit les médecins. “Un pouce ici et là, et vous auriez subi une blessure mortelle à la tête dont aucun casque de sécurité n’aurait pu vous sauver.”

À présent, Jon pensait à Louise.

« Où est ma femme ? Est-elle ici pour me voir ? Pouvez-vous l’appeler ?

Le médecin prit un moment pour expirer et rassembler ses forces. “Votre femme est en train d’accoucher.”

Jon sentit sa poitrine se serrer. “Cela ne peut pas arriver.”

“Ce n’est… pas possible, docteur. Ma femme n’en est qu’à son sixième mois de grossesse. La fête prénatale est littéralement demain. Peut-être que vous l’avez confondue avec quelqu’un d’autre. Elle s’appelle Louise. Louise…”

“Louise Ryder. 34 ans, semaine 24, grossesses multiples. C’est votre femme, monsieur. Elle est en train d’accoucher.”

Les médecins ont parlé avec des mots clairs et un ton gentil quand ils lui ont parlé de l’accouchement prématuré. Il y avait de multiples complications à traverser, mais les médecins lui ont assuré qu’elle était entre de bonnes mains pour le moment.

« Quand puis-je la voir ? demanda Jon en retenant ses larmes.

“Elle est en chirurgie en ce moment. Nous vous le ferons savoir.”

Mais ce n’était pas suffisant pour Jon. Il ressentit l’envie de se lever, de détacher les lignes d’égouttement et de se précipiter hors de la pièce pour rejoindre sa femme.

Lui seul savait à quel point elle était bouleversée tout au long de la grossesse. Alors que Louise faisait de son mieux pour garder un visage heureux et plein d’espoir, seul Jon savait à quel point elle avait été secrètement déprimée au cours des dernières semaines.

“S’il vous plaît, docteur, laissez-moi au moins attendre à l’extérieur de la salle d’opération. Je ne serai pas un problème, bien sûr. J’y marcherai tout seul.”

En entendant cela, l’une des infirmières dans la pièce a éclaté en sanglots et est partie. Le médecin regarda Jon, et d’une manière ou d’une autre, Jon savait exactement ce qu’il s’apprêtait à dire.

“Je suis désolé, monsieur. L’accident avait infecté vos deux jambes. Nous avons dû amputer sous le genou…”

Jon a été ramené au moment présent par les cris d’un bébé dans sa chambre. C’était Caleb.

“Salut, petit champion. Tu dois avoir faim. Tiens,” Jon gara son fauteuil roulant juste à côté du berceau et se pencha pour offrir à Caleb une bouteille de lait maternisé.

Il regarda attentivement Caleb. Heureusement, sa sœur jumelle Claire dormait profondément juste à côté de lui. C’étaient les deux seules choses qui restaient qui avaient un sens dans son monde.

Tout le reste avait brusquement quitté sa vie. Son travail a été le premier à disparaître. L’entreprise qu’il pensait être sur le point de le promouvoir au poste de superviseur principal avait fait un 180 complet lorsqu’ils ont appris l’incident.

“Nous devons te laisser partir, Jon. Nous ne pouvons plus justifier de t’avoir dans notre équipe de construction. Nous ne pouvons pas t’indemniser car nous ne pensons pas que l’accident soit de notre faute. Maintenant, tu peux nous combattre devant les tribunaux, bien sûr. Mais vous ne pouvez pas imaginer à quel point les frais de justice vont vous coûter cher. Ils vont vous coûter un bras et une jambe !”

Son patron s’est immédiatement excusé pour le jeu de mots insensible, mais Jon savait que cela avait été dit exprès dans une certaine mesure.

Le patron avait raison. Il n’y avait aucun moyen que Jon puisse se payer un bon avocat, surtout avec la disparition de son travail. Ainsi, bien qu’il se sente dépouillé de sa dignité et de son respect, il a accepté le fauteuil roulant que son entreprise lui a offert comme « cadeau d’adieu » et est rentré chez lui.

Ainsi, quelques semaines seulement après le début de la paternité, Jon était au chômage, sa femme était déprimée à la maison et ses jumeaux nés prématurément étaient toujours sous observation à l’USIN. Mais devenir père avait rempli Jon d’une quantité indescriptible de confiance en soi et d’espoir. Il ne savait pas comment, mais il savait qu’il y arriverait.

Il savait que les bébés et Louise iraient bien et que d’une manière ou d’une autre, un jour, il aurait économisé assez pour obtenir des jambes prothétiques.

Mais le moment le plus dévastateur de sa vie était encore à venir.

Jon rentrait de l’hôpital ce jour-là. Il n’arrêtait pas de répéter ce que le médecin lui avait dit tout au long du trajet en taxi.

“Les deux bébés sont stables et vont bien. Vous pourrez les ramener à la maison dans deux jours.”

‘Louise va être ravie ! C’est la nouvelle qui l’aidera à secouer la morosité.

“Louise, chérie ! J’ai une excellente nouvelle…”

Il ne la vit pas dans le salon.

‘Elle doit faire une sieste…’ Jon roula lentement son fauteuil roulant jusqu’à la chambre, essayant de contenir son excitation.

Louise n’était pas là non plus.

Le cœur de Jon se serra alors qu’il imaginait sa pire peur se réaliser. Bientôt, il a de nouveau regardé dans chaque pièce de la maison et a essayé de l’appeler plusieurs fois, sans succès.

Il s’assit devant le placard de Louise et hésita à l’ouvrir. Il craignait de le trouver vidé, y compris les valises. Il avait peur qu’elle ait agi selon son impulsion récurrente et qu’elle soit finalement partie.

“Jon, je ne suis pas prêt pour ça. J’ai l’impression que je ne le serai jamais. Ce n’est pas l’avenir que je voulais pour nous, pour moi. Tu as raison : si je pars, je ne saurai pas où je serais Mais au moins je ne serais plus là.

“Ce sont vos enfants plus qu’ils ne pourraient jamais être les miens.

“Quand ils seront prêts, dis-leur la vérité. Dis-leur que j’ai essayé.”

Les mains de Jon sont devenues froides après avoir lu la lettre. C’était vrai. Elle était partie, et elle ne reviendrait jamais.

Jon était figé dans ce sentiment quand un coup fort à la porte le ramena de nouveau au présent.

C’était un vieux couple. Jon ne les avait pas vus auparavant, mais ils étaient vaguement familiers.

“Comment puis-je vous aider?”

“Nous avons froid et nous sommes perdus. Pouvons-nous entrer pour une tasse d’eau chaude?”

Jon a fait en sorte que le couple se sente chez lui, et ils étaient plus que reconnaissants. « Où ai-je déjà vu cette femme ? » Il ne pouvait pas laisser passer cette pensée.

Ce que Jon n’a pas remarqué, c’est que le vieil homme et la femme semblaient aborder le sujet des enfants exceptionnellement tôt dans leur petite conversation. Ou alors ils avaient les yeux plus que embués quand ils ont vu Caleb et Claire endormis.

« Puis-je vous offrir une autre tasse de café ? Il y a aussi du cacao. Jon se sentait rafraîchi d’être en compagnie de quelqu’un d’autre que ses bébés tranquilles.

« Non, non, ça suffit. Alors, leur mère est partie, tu as dit ?

“Oui, quelques semaines après mon accident et la naissance des bébés. C’était dur, mais heureusement, mes anciennes économies nous font vivre. Les bébés n’ont pas vraiment besoin de beaucoup pendant cette période, tu sais !”

La vieille femme se raconte la gorge et fit signe à son mari de peser.

“Tu sais quoi ? Je pourrais peut-être t’aider avec ça. Tu as travaillé dans la construction, donc tu serais pratiquement parfait pour ce travail !”

Le vieil homme a expliqué que son cabinet d’architecture ouvrait une nouvelle succursale dans la ville. Il recherchait des personnes ayant une expertise dans la compréhension de l’ingénierie, de la modélisation et même de la construction.

“A moins que vous ne vouliez changer complètement de domaine,” ajouta docilement le vieil homme.

Jon éclata de rire. « M’avez-vous regardé, monsieur ? Je n’ai pas vraiment beaucoup d’options de carrière entre lesquelles basculer. Alors oui, j’accepterai le poste.

Cela a appelé à une autre série de café et de conversation festifs. “C’est un jour extraordinaire dans ma vie”, pensa Jon.

« Et ta famille ? Tu dois être marié depuis longtemps.

La femme intervint : “Oh, je supporte ce vieil homme depuis plus de cinq décennies. C’est comme si c’était une éternité !”

« Avez-vous des enfants ?

Lorsque le couple a entendu cette question, quelque chose a changé dans leurs yeux.

“Oui, une fille. Elle s’est enfuie de chez elle pour épouser quelqu’un qu’elle aimait. Elle ne nous a jamais parlé depuis, mais on nous a dit qu’elle avait fait quelque chose d’indicible. Nous n’aimons pas en parler.”

“Oh, vraiment désolé, madame. Je ne voulais pas faire attention. J’espère qu’elle vous reviendra un jour.”

“Tout comme j’espère que Louise me reviendra un jour”, a ajouté Jon pour lui-même.

« Écoute, fils. Il y a une dernière chose pour laquelle je veux t’aider avant de partir. Il y a un de mes amis qui est un prothésiste fantastique. Appelle-le.

Jon a été ému par la gentillesse du vieil homme.

“C’est incroyablement gentil de votre part, monsieur. Mais je n’ai vraiment pas l’argent pour payer ces choses. Je ne peux pas…”

“Appelez-le simplement. Considérez cela comme un pré-requis pour rejoindre mon entreprise.”

Jon a trouvé réconfortant que son nouveau patron ne recule pas.

“Oui patron!” il salua le vieil homme avec légèreté.

L’homme a remis à Jon deux cartes de visite – l’une du prothésiste et l’autre de sa propre entreprise.

Le lendemain, Jon a appelé le prothésiste. « Pas de mal à savoir combien ça coûterait », pensa-t-il.

« M. Ryder. J’attendais votre appel. Quand pouvez-vous visiter la clinique ?

Lorsque Jonathan a insisté pour connaître le coût, le médecin a finalement déclaré : “Le meilleur ensemble de membres prothétiques sur le marché coûte environ 2 millions de dollars. Mais ne vous inquiétez pas, vos jambes prothétiques et vos consultations ont été payées.”

Le prothésiste confirme que le chèque de 2 millions de dollars lui a été remis d’avance par un certain M. Keller. En entendant cela, Jon s’est soudainement rappelé à qui le vieil homme et la vieille femme lui rappelaient.

Louise ! Ce sont les parents de Louise, qu’il n’a jamais eu la chance de rencontrer.

C’étaient eux que Louise avait fuis pour épouser Jon. Et pourtant, après tout, ce sont eux qui se sont mobilisés et lui ont proposé de l’aider à reprendre sa vie en main.

Jon essuya ses larmes et composa le numéro sur la carte de visite de son ancien beau-père.

“Bonjour, M. Keller. Je suis désolé de ne pas vous avoir reconnu hier…”

“Tu n’as aucune raison de t’excuser, fils. Tu as pris tout ce que la vie t’a donné et tu as réussi à en faire quelque chose de beau. Tu élève des jumeaux tout en étant en fauteuil roulant, pour l’amour de Dieu.”

Après des mois à se tenir debout, Jon a finalement échoué lors de l’appel.

“Nous savions que vous étiez un homme fier. Nous savions que vous n’accepteriez pas d’aide à moins que vous ne sentiez que vous l’aviez méritée. Eh bien, vous l’avez fait. Et ce n’est que le début.”

“Je ne sais pas quoi dire, monsieur…”

« Tu n’as rien à dire. Après ce que ma fille t’a fait… elle n’avait pas le droit de t’abandonner de cette façon !

“Tu as assez souffert. Ce n’est pas la vie que toi ou mes petits-enfants méritez. A partir de maintenant, tu as un travail. Et tu as une famille.”

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

La responsabilité d’élever un enfant n’incombe pas à une seule personne. Alors que Louise ne pouvait pas remplir son rôle de mère en élevant les jumeaux, ses parents ont réalisé qu’ils avaient un rôle important à jouer.
Soyez généreux avec la gentillesse et le pardon que vous avez dans votre cœur. Les parents de Louise ont choisi d’agir avec gentillesse, même envers l’homme pour qui leur fille les avait quittés. Et cela a fini par changer la vie d’un homme en difficulté.

Partagez cette histoire avec vos amis. Cela pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être celle d’un père célibataire travailleur qui a été ridiculisé par un homme d’affaires millionnaire. Mais plus tard, il rencontre la gentillesse d’une personne inattendue.

Cette pièce est inspirée d’histoires de la vie quotidienne de nos lecteurs et écrite par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est purement fortuite. Toutes les images sont uniquement à des fins d’illustration. Partagez votre histoire avec nous; peut-être que cela changera la vie de quelqu’un.

Leave a Comment