Une pauvre femme est rejetée par son fils biologique après avoir découvert qu’elle travaillait comme lave-vaisselle

286 Views

Un étudiant riche a rejeté les efforts de sa mère biologique pour entrer en contact avec lui après avoir découvert qu’elle travaillait comme lave-vaisselle dans son école, pensant que c’était embarrassant.

Laura avait 52 ans et vivait dans la pauvreté. Elle était pauvre, la majeure partie de son salaire étant consacrée à la location de son petit appartement et aux factures de services publics.

Laura a travaillé dans une école locale de son quartier comme lave-vaisselle à la cafétéria. Bien que le salaire soit bas, elle a accepté le poste parce qu’il lui donnait des coupons-repas qui lui permettaient de manger deux repas par jour. Sans eux, elle ne mangerait pas, donc son physique était mince et frêle.

Comme elle était frêle, Laura est devenue maladroite. Elle ne pouvait pas porter la charge de la vaisselle, alors elle la cassait souvent. Cela s’est produit plusieurs fois devant les étudiants.

Après avoir vu cela, les jeunes garçons faisant la queue pour leur nourriture ont commencé à se moquer d’elle. Clive, un garçon riche, était particulièrement cruel avec elle. « Pourquoi travailles-tu encore, grand-mère ? Tu devrais être dans une maison de retraite. Tu ne peux clairement plus porter la vaisselle », se moqua-t-il.

Les enfants ont ri à sa remarque, et voyant que les gens aimaient ses blagues sur le lave-vaisselle, il s’est mis à se moquer d’elle plus souvent, ce qui a rendu Laura triste.

Un jour, il a “accidentellement” poussé Laura alors qu’elle portait la vaisselle vers le devant de la file. Les assiettes se sont cassées et Laura a été horrifiée.

“Oupsies,” lui dit Clive en lâchant les assiettes. “Je suis désolé, grand-mère. Je ne t’avais pas vu là-bas,” dit-il d’un ton moqueur.Laura soupira, presque en larmes. Elle ne pouvait pas se permettre de perdre son emploi, et avec plusieurs avertissements pour avoir cassé des assiettes, elle était déjà sur le point de le perdre. “Je vais devoir payer pour tout ça”, dit-elle en larmes.

Clive haussa les épaules et lui dit d’un air moqueur : “Fais des heures supplémentaires, alors. Tu peux le faire, grand-mère !”

Laura a obtenu un balai pour balayer les céramiques cassées du sol. Elle l’a fait en larmes, réalisant que son argent durement gagné serait à nouveau épuisé, et pour une raison qui n’était même pas de sa faute.

Plus tard dans la journée, elle est rentrée chez elle et a commencé à penser à son fils. Elle était épuisée et la pensée de lui comme un bébé la réconfortait. Elle réfléchit au garçon cruel à l’école et souhaita que son fils soit devenu beaucoup plus gentil et plus compatissant.

Après des années sans contact, elle a décidé d’appeler enfin Camille, la mère adoptive de son fils, pour la toute première fois. Lorsque Laura a donné son fils en adoption, elle a demandé qu’à tout moment, elle puisse tendre la main au cas où elle voudrait le rencontrer.Camille et son mari Adam ont accepté, car ils aimaient Laura et appréciaient qu’elle leur permette de prendre soin de son fils. Ils n’ont jamais pu dire le nom de son fils à Laura, car ils avaient perdu le contact avant de le finaliser.

“Salut, Camille,” dit-elle au téléphone.

« Laura ! Quelle surprise. Comment vas-tu ? Camille a répondu

“Je vais bien,” dit-elle. “Comment va mon garçon?” Laure a demandé.

« Il va bien. Il grandit très vite, en fait. Aimeriez-vous le voir ? demanda Camille.

Laura essuya ses larmes en entendant cela. Elle n’avait pas vu son fils depuis des années et n’avait aucune idée de ce à quoi il ressemblait. Il lui a fallu si longtemps pour l’appeler parce qu’elle ne voulait pas perturber son enfance. Maintenant qu’il avait douze ans, elle sentait que c’était le bon moment pour se présenter.

“J’adorerais ça”, a-t-elle dit et Camille lui a dit de les retrouver au parc du quartier après l’école le lendemain.

Après avoir raccroché le téléphone, Camille a appelé son fils dans sa chambre pour lui expliquer la situation. Après quelques instants, Clive entra dans la pièce. “Qu’est-ce qui ne va pas, maman?” Il a demandé.

« Tu sais que maman et papa t’aiment, n’est-ce pas ? » Camille a assuré.

Clive hocha la tête, et c’est alors que Camille lui raconta l’histoire.

“Tu vois, papa et moi n’avons pas été complètement honnêtes avec toi. Il y a douze ans, avant que nous ne t’ayons eu, les médecins nous ont dit que nous ne pourrions jamais avoir d’enfants à nous”, a-t-elle révélé. “Nous voulions tellement être parents, et un jour, nous avons rencontré une jeune femme qui n’avait plus les moyens de payer les factures d’hôpital de son enfant. Nous avons proposé de payer les factures et d’accueillir son fils. Cet enfant, c’est toi, mon aimer.”

Clive était surpris et confus. Il n’avait jamais imaginé être adopté, car il partageait les mêmes cheveux châtain clair que son père. “Pourquoi tu me dis ça maintenant, maman ?” il lui a demandé.

“Eh bien, j’ai promis à ta mère biologique qu’elle pourrait rester en contact. Elle veut te rencontrer”, a déclaré Camille à Clive. Il ne pensait pas qu’il était nécessaire de rencontrer sa mère biologique, car il avait tout ce dont il pouvait avoir besoin. Cependant, il a accepté après que la curiosité ait eu raison de lui.

Le lendemain, Camille est venu chercher Clive à l’école dans leur voiture de sport décapotable. Elle l’a conduit au parc du quartier, qui n’était pas aussi propre et exclusif que le parc où Clive se rendait avec ses amis. Il était inquiet et agité. Il ne voulait pas qu’aucun de ses amis le voie.

Alors Camille vit une femme assise seule sur un banc, attendant. Elle agita la main dès que leurs regards se rencontrèrent.

“Clive, voici Laura. C’est ta mère biologique”, a-t-elle dit à son fils. À ce moment, Clive leva les yeux de son téléphone et vit la pauvre femme. “Je vous laisse parler tous les deux. Je serai dans la voiture, Clive,” lui dit Camille.

“Tu?” dit-il, son visage exprimant son incrédulité. Il a immédiatement reconnu Laura comme la lave-vaisselle de l’école. Laura a également été surprise de voir que son fils biologique était le garçon qui lui donnait constamment du fil à retordre dans son travail.

“Salut, mon fils,” sourit doucement Laura, essayant de son mieux d’ignorer les pensées dans son esprit sur la façon dont Clive pourrait éventuellement être son fils. “Voulez-vous aller au bar à crème glacée là-bas ? Nous pouvons acheter de la glace à la pistache”, a-t-elle suggéré.

“Je suis allergique aux pistaches !” dit Clive, irrité. Il ne pouvait toujours pas croire que la femme était sa vraie mère.

“Je suis désolée, fiston. Je ne le savais pas,” répondit-elle.

“Bien sûr, tu ne le saurais pas. Tu m’as quitté quand j’étais bébé !” Le ressentiment de Clive pouvait être ressenti, mais Laura s’en fichait. Elle comprenait que Clive avait le droit de ressentir ce qu’il ressentait.

Puis Laura remarqua le pendentif autour du cou de Clive, qui avait la forme d’une aile d’ange.

“C’est un beau collier,” complimenta Laura.

“C’est avec moi depuis que je suis jeune. Bien sûr, tu ne le saurais pas non plus,” se moqua-t-il.

“Ça me rappelle quelque chose,” dit Laura, tendant la main pour mettre quelque chose dans son sac. Elle tendit à Clive une petite boîte.

« Tu essaies de me séduire avec des cadeaux ? Devinez quoi ? Ça ne marchera pas ! lui dit-il en saisissant la boîte de ses mains, moqueur.

“Bien sûr que non. Tu es mon fils, je voulais juste te voir. Ça fait des années que je meurs de te voir,” dit-elle, les larmes remplissant lentement ses yeux.

“Je ne suis pas ton fils !” cria Clive, jetant la boîte, la faisant s’écraser sur le sol.

À ce moment-là, Laura s’est rendu compte qu’il n’y avait aucun moyen de convaincre son fils de s’ouvrir à elle. Il était trop en colère. Elle hocha la tête, lui fit un doux sourire et décida de partir, sanglotant alors qu’elle s’éloignait.

Clive ramassa la boîte par terre et lorsqu’il l’ouvrit, il vit un collier semblable à celui qu’il portait. Il est venu avec une lettre, qu’il a décidé de lire.

Il s’assit sur le banc avec le collier et la lettre à la main et lut :

“Mon cher fils,

J’ai le coeur brisé de ne jamais avoir connu ton nom. Je suis désolé de ne pouvoir être là pour toi en tant que ta mère. Ton père m’a abandonnée quand il a découvert que j’étais enceinte. J’ai eu une grossesse difficile et j’ai dû arrêter de travailler car on m’a mise au repos. Lorsque j’ai accouché, on vous a diagnostiqué une maladie qui vous a obligé à rester à l’hôpital pendant un mois. Comme je n’avais pas d’argent, je cherchais désespérément à te sauver.”

Clive a commencé à pleurer. Il était submergé par ce qu’il commençait à découvrir, il a donc dû arrêter de lire pour le comprendre pleinement.”J’étais prête à tout pour te sauver, quitte à sacrifier le fait d’être ta mère. Tu aurais pu mourir si ta facture d’hôpital n’avait pas été réglée. J’ai dû te donner en adoption. J’ai rencontré Camille et Adam et J’ai vu qu’ils seraient de bons parents pour toi. Je suis désolé, fils. J’espère que tu vis une bonne vie.

Après avoir fini de lire la lettre, elle était humide de larmes. Il toucha le pendentif suspendu à sa poitrine et vit que l’aile manquante de son pendentif se trouvait sur le collier de sa mère biologique.

Clive a couru pour trouver Laura et l’a finalement rattrapée. Il la serra fort dans ses bras, réalisant qu’elle avait tout fait pour le sauver, même si cela signifiait ne pas être dans sa vie. “Je te pardonne, maman,” murmura-t-il.

“Je suis désolé d’avoir été cruel avec toi à l’école. Ce serait mieux si tu ne travaillais pas comme lave-vaisselle. C’est trop de travail pour toi. Je promets que nous te trouverons un meilleur travail”, lui a dit Clive.

Clive a demandé à ses parents adoptifs d’aider Laura à trouver un emploi. Finalement, elle a pu trouver du travail en tant qu’écrivain pour l’entreprise appartenant à Adam, qui était vraiment la passion de Laura depuis le début.

Bien que Clive ait continué à vivre avec Adam et Camille, il est resté en contact étroit avec Laura, et ils sont devenus une grande famille heureuse.

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

Les travailleurs des services méritent notre respect et notre admiration. Clive était cruel envers Laura à l’école, pensant humblement à elle et lui causant des difficultés. Les travailleurs des services ne doivent pas être rabaissés, car ils occupent des emplois nobles mais difficiles qui contribuent à faciliter la vie de nombreuses personnes.
Les sacrifices que nos parents font pour nous les rendent dignes de respect. Clive méprisait sa mère biologique pour être lave-vaisselle jusqu’à ce qu’il réalise les sacrifices qu’elle avait faits pour lui.
Partagez cette histoire avec vos proches. Cela pourrait les inspirer et embellir leur journée.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être celle d’une femme riche qui a prié pour l’amour dans une église et a ensuite reçu un appel téléphonique qui a changé sa vie d’un homme inconnu.

Ce récit est inspiré de l’histoire de notre lecteur et écrit par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est purement fortuite. Toutes les images sont uniquement à des fins d’illustration. Partagez votre histoire avec nous; peut-être que cela changera la vie de quelqu’un.

Leave a Comment