Un garçon promet d’arroser les plantes de la vieille dame après son déménagement dans une maison de retraite et trouve une note laissée dans le sol

195 Views

Lorsque Daniel a vu sa voisine plus âgée se battre avec son fils pour ses plantes, il a proposé son aide et s’est porté volontaire pour arroser son jardin pour elle. Quelque temps plus tard, il a trouvé une note enfouie dans le sol qui a tout changé de la manière la plus surprenante.

“Je n’arrive pas à croire que tu me demandes ça ! Je ne peux pas venir ici tous les jours pour arroser tes plantes ! Si tu me donnais la maison, je le ferais !” Daniel a entendu quelqu’un crier et a arrêté son vélo devant une jolie petite maison avec un joli jardin. Il savait qu’une femme plus âgée, Mme Carrino, vivait là, mais il ne lui avait jamais parlé et il n’avait aucune idée de qui criait.

Soudain, Daniel a vu un homme sortir de la maison, criant toujours, et la femme plus âgée le suivait derrière. “Arnold, je t’ai demandé de venir m’aider, et tout ce dont tu as parlé, c’est d’avoir cette maison ! Es-tu fou ? Tu veux que je meure pour que tu puisses avoir ma maison ?”

Les sourcils de Daniel se sont levés, et il a pensé qu’il devrait partir, mais il était enraciné sur place.

Soudain, le bruit du métal s’écrasant l’un contre l’autre le fit tressaillir. “Qu’est-ce que -”
“Tu es une reine du théâtre, mère. Cette maison m’ira de toute façon. Je n’arrive pas à croire que tu me donnes cette attitude quand je suis venu t’aider à déménager !”

“Partez maintenant si c’est comme ça que vous allez agir !” Mme Carrino a déclaré, ce qui a poussé Arnold à piétiner sa voiture et à partir en colère. Ils étaient tellement absorbés par leur combat qu’ils n’ont même pas remarqué Daniel debout avec son vélo.

Enfin, la femme plus âgée le vit. “Oh, mon garçon. Qu’est-ce que tu fais ici ? Est-ce que je te connais ?” elle a demandé.

“J’habite deux maisons en bas de la rue. Je suis Daniel, le fils de Caroline,” déclara-t-il en désignant sa maison. « Je suis désolé, mais je faisais du vélo et j’ai entendu les cris. Je me suis inquiété. Ça va, Mme Carrino ?

“Oh, je te reconnais maintenant, et c’est tellement bien que tu connaisses mon nom. Ne t’inquiète pas pour ça. C’était juste que mon fils était un morveux”, a-t-elle expliqué.

“Pourquoi?”

“Eh bien… je déménage dans une maison de retraite et je lui ai demandé de venir m’aider. Mais il est venu ici seulement pour demander si je pouvais lui donner la maison. Il a dit qu’il allait emménager ici. Mais je sais il va juste le vendre parce qu’il n’apprécie pas l’investissement comme moi. J’ai travaillé dur pour gagner cet endroit, et tant que je suis en vie, je ne le vendrai pas”, a révélé Mme Carrino. “Mais ensuite il a fait une scène après que je lui ai demandé d’arroser mes plantes. Et je crois que tu as vu le reste du combat.”

“Je peux le faire,” dit Daniel en haussant les épaules.

“Faire ce que?”

“Arrosez vos plantes.”

“Je ne peux pas te payer, ma chérie,” dit Mme Carrino, les yeux excusés.

“Je sais. Mais j’habite si près. Ce n’est pas un problème,” insista Daniel, et la femme plus âgée lui sourit brillamment.

Quelques jours plus tard, Mme Carrino a déménagé dans une maison de retraite voisine en Floride et Daniel a tenu sa promesse. Il se rendait chez elle presque tous les jours pour arroser ses plantes et était heureux de le faire. Bientôt, il a commencé à aimer le jardinage et rendait visite à Mme Carrino pour lui demander d’ajouter de nouvelles plantes.

« Bien sûr ! Et assurez-vous de faire attention au sol, » dit-elle en lui faisant un clin d’œil, bien que Daniel n’ait aucune idée de pourquoi elle agissait de façon effrontée.

Daniel a commencé à acheter et à ajouter de nouvelles plantes au jardin, pensant que ce serait formidable de créer une entreprise de jardinage à l’avenir afin que sa famille n’ait pas à se débattre autant. Sa mère avait deux emplois en semaine et un le week-end pour le nourrir, lui et ses frères et sœurs, et payer le loyer. Mais ce n’était pas assez.

Il n’avait qu’un vélo parce qu’il en avait trouvé un vieux et avait fait des petits boulots pour le réparer. Mais le jardinage lui a permis d’échapper à tous ces soucis d’argent, et il s’est senti très bien après avoir planté quelque chose de nouveau et vu comment il a commencé à pousser. Il ne s’attendait pas à ce qu’il trouverait un jour dans le jardin.

Il avait obtenu des azalées, dont il avait lu qu’elles prospéraient dans le climat de la Floride, et avait commencé à creuser avec une petite pelle à un endroit précis de l’herbe. Soudain, le bruit du métal s’écrasant l’un contre l’autre le fit tressaillir. “Qu’est-ce que -”

Lâchant la pelle, il a utilisé ses mains pour déterrer un pot Mason avec un dessus en métal et a trouvé une note à l’intérieur.

“Cher Daniel ! Merci pour ton aide, cette maison est maintenant la tienne ! Rentre et trouve tous les papiers. Toi et ta famille pouvez emménager quand vous voulez !”

Daniel n’en croyait pas ses yeux, mais il se précipita à l’intérieur, utilisant la clé que Mme Carrino lui avait laissée. Sur le comptoir de la cuisine, il vit le titre de la maison. Bien qu’il ne puisse pas comprendre ce qu’il disait en grande partie, il vit son nom en bas.

Toujours sous le choc, il a appelé Mme Carrino, qui a tout confirmé. “Vous allez devoir le signer pour terminer le transfert. Mais je voulais que vous trouviez d’abord la note !” dit Mme Carrino.

Sa mère n’y croyait pas. Ils pourraient emménager dans la maison et cesser de payer le loyer. Il n’y avait pas non plus d’hypothèque, ce qui aiderait énormément sa famille. Ils étaient si reconnaissants pour le cadeau de la femme plus âgée que sa mère et ses autres frères et sœurs ont commencé à lui rendre souvent visite, la considérant comme une grand-mère.

Mais lors de leur déménagement, Daniel a découvert quelque chose d’encore plus curieux. Dans l’ancienne chambre de Mme Carrino, il y avait une autre note. C’était le même que celui qu’il avait trouvé, mais à la place, il y avait écrit “Arnold”. La femme plus âgée prévoyait en fait de donner la maison à son fils s’il l’aidait avec ses plantes. Mais elle a changé d’avis et Daniel a reçu un énorme cadeau juste pour sa gentillesse.

C’était une leçon qu’il n’oublierait jamais.

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

Aspirez à être quelqu’un comme Daniel, pas Arnold. Arnold a fait semblant de vouloir aider sa mère, mais il ne voulait que sa maison. Pendant ce temps, Daniel l’a fait par bonté de cœur.
Vous ne devriez jamais vous sentir en droit de recevoir un héritage. Alors que la plupart des parents aiment donner à leurs enfants les résultats de leur travail acharné, les enfants ne devraient jamais s’y sentir en droit. Arnold a supposé qu’il recevait la maison de sa mère mais il avait tort.
Partagez cette histoire avec vos amis. Cela pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être celle d’un garçon qui a aidé une femme plus âgée à porter ses courses et a reçu de l’argent plus tard.

Cette pièce est inspirée d’histoires de la vie quotidienne de nos lecteurs et écrite par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est purement fortuite. Toutes les images sont uniquement à des fins d’illustration. Partagez votre histoire avec nous; peut-être que cela changera la vie de quelqu’un.

Leave a Comment