Une pauvre femme achète une commode cassée au marché aux puces et une vieille enveloppe avec une photo à l’intérieur en tombe

320 Views

Sarah a traversé un divorce difficile et a dû repartir de zéro. Elle a acheté des meubles dans les marchés aux puces et les vide-greniers pour équiper son appartement, mais un, en particulier, était différent. Il y avait une vieille enveloppe de photographies choquantes cachées entre les tiroirs, et elle devait découvrir la vérité.

Sarah s’est réveillée brusquement de son sommeil profond à la vue du sol de son nouvel appartement d’une chambre. Elle dormait sur un vieux matelas par terre et n’avait pas grand-chose d’autre à son nom.

Après un méchant divorce, où son ex-mari a tout pris parce qu’il avait un meilleur avocat et plus d’argent, elle s’est retrouvée seule à 44 ans. Elle n’avait pas d’autre famille au monde, car elle était orpheline depuis son plus jeune âge.

Heureusement, elle a pu utiliser ses maigres économies pour louer un petit appartement dans le New Jersey et a trouvé un nouvel emploi de femme de ménage dans un lycée. Ce n’était pas grand-chose, mais elle avait fait confiance à tort à son ex-mari pour s’occuper d’elle, et il l’a quittée pour quelqu’un de plus jeune et plus joli.

Parfois, elle n’arrivait toujours pas à y croire. Mais elle était libre de faire les choses de façon indépendante, et elle ne s’en sortait pas trop mal. Le propriétaire connaissait de grands endroits où les gens vendaient des meubles bon marché, et elle économisait lentement pour acheter plusieurs choses.

“Attendez une seconde, s’il vous plaît,” dit Sarah, retenant l’enveloppe et mettant la main à l’intérieur. “Connaissez-vous ces gens?” Elle lui montra la photo de la petite fille et de sa mère.
C’était un processus lent, mais à la fin, elle serait debout sur ses deux pieds, et personne ne pourrait jamais le lui enlever.

***

“Mr. Crinkle! Hey! I’ve got some savings now, and I’m going to the flea market,” Sarah said to her landlord with a bright smile.

“That’s great. But be careful out there. Always negotiate the price. Never go for the first number they tell you. People over there like customers who haggle and know the value of money. They’ll respect you for it,” Mr. Crinkle replied, looking up from his clipboard. He was inspecting the building for something, although Sarah didn’t ask.

“Merci, M. Crinkle. Je vais faire exactement cela!”

Sarah a atteint le marché aux puces et a commencé à fouiller. Rien ne semblait vraiment assez attrayant pour être ramené à la maison, et de nombreux articles étaient assez endommagés, mais elle s’est arrêtée chez les vendeurs et a demandé de vieux meubles.

Enfin, elle atteignit un vieil homme qui avait une commode à côté de son stand. “Combien pour cela, monsieur?” demanda Sarah, essayant de ne pas paraître trop enthousiaste.

Le meuble avait l’air horrible, mais il n’était pas cassé. Il ne fallait que de la tendresse, de l’amour, des soins et une nouvelle couche de peinture.

Le vieil homme la regarda en pinçant les lèvres. “Hmmm, je vais le vendre pour 100 $”, a-t-il répondu.

Sarah pinça ses propres lèvres et eut l’air pensive. « C’est un prix élevé, monsieur. Pouvez-vous faire mieux ?

« 90 $ ? » l’homme offrit.

“Que diriez-vous de 65 $ ? Je vais devoir dépenser au moins 20 $ de plus pour le réparer. Ça va demander du travail”, a répliqué Sarah, et l’homme lui a souri.

“Hmmm. Je ne sais pas,” pensa l’homme, appréciant clairement cette chance de marchander. “Il est toujours en bon état. Que diriez-vous de 80 $ ?”

« 75 $ et tu m’aides à le ramener à la maison », proposa au moins Sarah, et l’homme lui sourit.

« Deal. Habitez-vous à proximité, jeune fille ? » demanda-t-il, sa bouche toujours souriante.

Sarah hocha la tête et il dit qu’il prendrait la commode plus tard dans la journée. Elle le remercia et continua son chemin. L’armoire serait parfaite pour sa maison, et elle pourrait même l’utiliser comme comptoir tout en économisant pour une vraie table de cuisine. De plus, elle a enfin pu ranger certains de ses vêtements, qui étaient encore dans des cartons autour de l’appartement.

***

“Merci, monsieur,” dit Sarah, en disant au revoir à l’homme du marché aux puces qui conduisait son camion pour livrer son achat. Il l’a même apporté à son appartement, même s’il n’était pas si lourd.

“Vous pouvez m’appeler M. Hans. Tout le monde le fait. Merci, mademoiselle. Revenez acheter chez moi !” il a appelé et est parti.

En revenant du marché aux puces, Sarah s’est arrêtée dans une quincaillerie pour acheter de la peinture et tout ce dont elle avait besoin pour donner un nouveau look à cette commode. Elle a ouvert la fenêtre de son appartement et s’est mise en route.

Tout d’abord, elle a décidé de poncer certaines zones qui ont probablement été endommagées avec le temps. Mais ce n’était pas grave. Elle l’a nettoyé parce que quelqu’un avait dessiné de nombreux griffonnages dessus, ce qui suggérait qu’une famille l’avait possédé. D’une certaine manière, cela a donné de l’espoir à Sarah.

Mais quelque chose l’a poussée à arrêter son travail. L’un des tiroirs ne sortait pas rapidement. Il était coincé comme si quelque chose se trouvait entre lui et les étagères. Sarah s’agenouilla et regarda sous le tiroir, repérant une enveloppe coincée dedans. Elle attrapa plus fort la poignée du tiroir et tira, faisant tomber l’enveloppe.

“Oh, cet homme a dû oublier qu’ils ont caché quelque chose à l’intérieur. J’irai demain et je le rendrai”, se dit Sarah en tenant l’enveloppe dans ses mains. Mais la curiosité l’a emporté et elle a décidé de l’ouvrir.

Heureusement, il n’était pas scellé et elle en sortit facilement le contenu. Plusieurs photographies se sont répandues et Sarah s’est assise par terre pour les admirer. Elle aimait les souvenirs des gens pour une raison quelconque, surtout s’ils provenaient de vacances en famille, et ces images le montraient précisément. Une femme était avec sa fille, mais quand elle a regardé attentivement la photo, elle a remarqué quelque chose d’étrange.

La petite fille sur la photo lui ressemblait exactement quand elle était petite. C’était plus qu’une coïncidence. Ce devait être elle parce qu’elle avait une tache de naissance sur la tête qui rendait une mèche de ses cheveux entièrement blonde. Elle l’a toujours recouverte de teinture pour cheveux à l’âge adulte car elle contrastait avec ses mèches brunes.

Elle tourna l’image dans ses mains et vit que quelqu’un avait écrit : “Jennifer et sa fille, Sarah. 1982.”

C’était impossible. Sarah n’avait pas de famille. Elle n’avait aucun souvenir de ces vacances ni de cette femme qui était censée être sa mère. Mais c’était incontestablement elle dans l’image. C’était un miracle.

Elle devait en savoir plus. Cet homme doit avoir toutes les réponses à ses nombreuses questions maintenant. Mais il était trop tard pour retourner au marché aux puces.

Elle a replacé les photos dans l’enveloppe et a fini de travailler sur la commode, de la peindre et de la laisser sécher pendant la nuit.

Le lendemain, elle est retournée au marché aux puces, mais l’homme qui lui avait vendu la commode n’était pas là. Après avoir demandé à certains des autres vendeurs, ils lui ont dit qu’il ne venait que quelques jours par semaine. Mais elle est revenue plusieurs fois au cours des jours suivants, et il n’était plus là.

Sarah commençait à penser que l’homme était le fruit de son imagination lorsqu’une dame plus âgée qui vendait des boucles d’oreilles lui a dit quelque chose. “M. Hans est malade depuis quelques jours. Je lui ai parlé hier. Pourquoi avez-vous besoin de lui ?”

“J’ai vraiment besoin de lui parler de quelque chose. Il m’a vendu une commode récemment, et j’ai trouvé quelque chose d’important à l’intérieur. Pouvez-vous me donner son adresse ?” supplia Sarah, n’arrivant pas à cacher son désespoir.

“Bien sûr. Il est en fait à proximité”, a révélé la vieille dame, et elle l’a remerciée abondamment pour la faveur.

***

Sarah prit une profonde inspiration devant la maison de M. Hans et se dirigea vers la porte d’entrée. Elle n’avait aucune idée de ce qu’elle était sur le point de découvrir, mais était excitée à l’idée de retrouver sa famille.

“Bonjour,” l’accueillit M. Hans à la porte. Il avait l’air encore un peu malade et s’accroupit après l’avoir saluée.

“Bonjour, M. Hans. Je suis Sarah. Je vous ai acheté une commode l’autre jour,” répondit-elle avec un sourire maladroit.

« Bien sûr. Que puis-je faire pour vous, jeune fille ? demanda-t-il, se demandant pourquoi Sarah était venue chez lui.

“J’ai trouvé quelque chose coincé entre les tiroirs de la commode. Une enveloppe. Il y avait un tas de photos de personnes. Je pensais qu’elles seraient importantes pour toi,” commença Sarah, et M. Hans hocha la tête.

“Oh mon Dieu, je n’arrive pas à croire que j’ai oublié ces photos,” commenta M. Hans, sa main se portant à son front. Il regarda l’enveloppe dans ses mains et la prit. “Merci de l’avoir ramené.”

“Attendez une seconde, s’il vous plaît,” dit Sarah, retenant l’enveloppe et mettant la main à l’intérieur. “Connaissez-vous ces gens?” Elle lui montra la photo de la petite fille et de sa mère.

“Oui, c’est ma nièce et sa fille”, a révélé M. Hans, saisissant la photo et la regardant attentivement.

“Que leur est-il arrivé?”

« Comment sais-tu que quelque chose s’est passé ?

“Parce que je suis la fille sur l’image. Je suis Sarah. C’est moi”, a-t-elle révélé, et les yeux de M. Hans s’écarquillèrent.

“Quoi?” Il murmura. “C’est impossible.”

“C’est vrai. Ça doit l’être. Parce que j’ai la même tache de naissance qui fait jaunir cette section de mes cheveux. Bien sûr, je la couvre maintenant, et j’ai plusieurs cheveux gris maintenant. Mais si j’arrête de teindre, vous pourriez voir ça », a expliqué Sarah.

M. Hans lui fit signe d’entrer et ils s’assirent. Il la regarda avec émerveillement et sembla devenir ému en parlant.

“Jennifer est morte dans un accident de voiture l’année où cette photo a été prise. Elle vivait à New York. Son frère, Simon, était censé ramener Sarah – vous – ici, mais elle s’est perdue à Grand Central Station. C’était un désastre, ” M. Hans a expliqué. “La police n’a pas pu vous localiser, et ils nous ont dit que vous aviez peut-être été envoyé dans un orphelinat. Nous avons essayé de demander autour de nous, mais personne n’avait de réponses pour nous. Finalement, nous nous sommes arrêtés. Nous n’aurions pas dû nous arrêter.”

Sarah pleurait au moment où M. Hans a fini de parler. « Alors, tu es mon grand-oncle ?

“Si tu es vraiment cette Sarah, oui,” répondit-il, s’étouffant dans le dernier mot.

« Et j’ai une autre famille ?

« Oui ! Vous avez des tonnes de famille qui ont attendu des décennies pour vous revoir. Mon Dieu ! Comment est-ce possible ? se demanda-t-il en regardant le ciel et s’émerveillant de la tournure des événements. “Je dois appeler Simon.”

M. Hans s’est levé et a fait quelques appels. Après quelques minutes, plusieurs personnes ont commencé à arriver, et elles ont toutes accueilli Sarah avec des émotions variées, d’abord des larmes, puis l’excitation qu’elle était revenue.

Finalement, Simon arriva et jeta un long regard à Sarah, qui lui sourit timidement. “Vous souvenez-vous de moi?” Il a demandé.

“Je suis désolée, non. Je ne me souviens de rien de mon enfance,” répondit Sarah, se sentant désolée.

“Ne t’inquiète pas. Nous allons changer ça,” répondit Simon et il la serra fort dans ses bras.

Ils ont discuté de sa vie, et lorsque sa famille a appris ce qui s’était passé et a été informée de ses conditions de vie actuelles, ils se sont tous portés volontaires pour aider.

Ils l’ont aidée à trouver un meilleur appartement avec un loyer similaire, et ils lui ont donné toutes sortes de meubles. M. Hans lui a même construit une toute nouvelle table de cuisine, pour qu’elle n’ait jamais à s’asseoir par terre.

Ils lui ont raconté des histoires sur sa mère, même s’ils ne savaient pas qui était son père. Mais Sarah allait bien. Ces personnes l’ont immédiatement accueillie dans la famille et n’ont jamais rien demandé. Après quelques mois, elle a décidé d’arrêter de se teindre les cheveux et leur a montré sa tache de naissance.

C’était toute la confirmation dont ils avaient besoin qu’elle était la même Sarah que celle sur la photo.

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

Vous pouvez vous relever de n’importe quoi. Après son divorce, Sarah s’est retrouvée sans rien et a dû repartir de zéro. Mais elle le faisait et persévérait.
N’abandonnez pas les personnes dans le besoin, en particulier votre famille. Lorsque sa famille a appris sa situation, ils ont uni leurs forces pour l’aider.
Partagez cette histoire avec vos amis. Cela pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être celle-ci sur deux filles qui ont découvert que leur père avait tout laissé aux enfants de quelqu’un d’autre.

Ce récit est inspiré de l’histoire de notre lecteur et écrit par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est purement fortuite. Toutes les images sont uniquement à des fins d’illustration. Partagez votre histoire avec nous; peut-être que cela changera la vie de quelqu’un.

Leave a Comment