Medic arrive à la maison de la vieille dame en urgence et voit accidentellement sa photo sur son mur

354 Views

Un médecin qui a été envoyé chez une femme âgée pour l’aider reçoit le choc de sa vie lorsqu’il voit des portraits de lui enfant accrochés à ses murs.

La vie de Leo Monty a été consacrée à aider les autres en tant qu’ambulancier paramédical. C’était un travail dont il était fier, mais il n’aurait jamais pu deviner que cela l’aiderait à résoudre le plus grand mystère de sa vie : la mort de sa mère.

Son père, Fred Monty, lui avait révélé la nouvelle de la mort de sa mère alors qu’il n’était qu’un enfant de deux ans. D’après ce qu’il a dit, son véhicule s’était retrouvé dans un fossé après avoir fait une embardée incontrôlable parce que la visibilité était mauvaise – c’était un jour de pluie.

Les secours sont arrivés trop tard car la femme est décédée avant qu’ils aient pu la transporter à l’hôpital.

C’est précisément ce qui a poussé le jeune garçon à se promettre de consacrer sa vie à aider les gens. Il a donc étudié et est devenu ambulancier – un gourou absolu dans le domaine.

Ce n’était pas un travail facile, surtout parce que Leo devait rencontrer des gens aux pires moments de leur vie – certains qu’il rencontrait étaient brisés et d’autres souffraient, mais le fait de savoir que ses actions en valaient la peine.

Un midi ensoleillé, Leo et son partenaire Ezra ont reçu un appel d’urgence d’un répartiteur – ils devaient se rendre rapidement en banlieue. Un enfant avait appelé la police pour leur dire que sa grand-mère était tombée et ne pouvait pas se relever.

“C’est tragique,” dit Ezra. “Une autre glissade et chute. J’espère que la femme n’est pas trop gravement blessée !”

“Oui,” dit Léo. “Je ne peux pas imaginer ce que ce pauvre enfant doit affronter tout seul, pourtant il a pu appeler le 911…”

Ezra alluma la sirène sans un mot de plus, et ils filèrent vers l’adresse en suivant un itinéraire prescrit par leur GPS embarqué. Ils ont fait du bon temps. En dix minutes, les deux sont arrivés sur les lieux, une jolie maison en briques rouges avec un jardin bien entretenu.

Il n’y avait pas le temps d’admirer l’esthétique de la maison, et dès qu’ils ont arrêté le moteur, ils se sont mis au travail. « Êtes-vous de la police ? demanda une voix après qu’ils eurent frappé plusieurs fois à la porte.

Leo a répondu: “Non, nous sommes les ambulanciers, nous avons amené une ambulance pour aider votre grand-mère.” Après une brève pause, le bruit de la porte qui se déverrouillait se fit entendre, et un garçon qui ne devait pas avoir plus de cinq ans ouvrit la porte.

“S’il vous plaît,” dit-il, “vous devez l’aider!”

“C’est pourquoi nous sommes ici,” dit doucement Ezra. « Comment t’appelles-tu, mon pote ? »

“Je suis Bill. Le nom de ma grand-mère est Mme Garret,” dit-il sérieusement. “Elle est dans le salon en ce moment. Aidez-moi s’il vous plaît !”

Ezra et Léo suivirent le petit garçon à travers la charmante maison et dans un élégant salon. La femme en question était allongée sur le dos au milieu du sol et était d’une pâleur mortelle.

Leo s’accroupit rapidement sur ses genoux à côté de la femme couchée et commença à vérifier ses signes vitaux pendant qu’Ezra l’examinait pour détecter d’éventuelles blessures. Ses pupilles ont répondu à la lumière normalement, ce qui a encouragé Leo à lui demander si elle pouvait leur dire ce qui s’était passé.

Mme Garret hocha lentement la tête et chuchota : « J’étais debout sur la chaise… pour changer une ampoule défectueuse, j’ai glissé quand je l’ai attrapée et… ma jambe… je pense qu’elle est cassée !

“Madame,” dit Ezra. “Vous ne semblez pas avoir de blessures mortelles, mais nous devons encore vous emmener à l’hôpital pour des examens…”

“Non attends!” s’écria Mme Garret. “S’il vous plaît, vous devez appeler ma fille. Mon petit-fils ne peut pas rester seul à la maison ! J’ai un carnet d’adresses dans le couloir et il y a son numéro, c’est celui juste en haut !”

Ezra est parti chercher le numéro de téléphone qu’ils pourraient appeler pour joindre la mère d’Eric pendant que Leo préparait la femme plus âgée pour le transport. Il venait juste de finir de le faire quand il leva les yeux et vit quelque chose de familier.

C’était une photo d’une femme posant à côté d’un enfant en bas âge – une photo qu’il connaissait très bien car c’était la dernière photo qu’il avait prise avec sa mère ; il l’a chéri.

Comment la photo s’était-elle retrouvée dans la maison de la vieille dame ? Puis il entendit Mme Garret gémir de douleur, et Leo décida qu’il devrait laisser les questions pour plus tard.

Sur le chemin de l’hôpital, Leo a tenu la main de Mme Garret et ses yeux ne se sont presque jamais éloignés de son visage. Elle ne ressemblait en rien à la dame sur la photo, mais elles semblaient avoir la même couleur, et puis il y avait les yeux…

À l’hôpital, les médecins ont découvert que la chute lui avait cassé la jambe à trois endroits et qu’elle aurait besoin d’une intervention chirurgicale. Leo a donc décidé qu’il devrait revenir après quelques jours et découvrir qui était la femme.

Peut-être était-elle une parente, une cousine éloignée dont il n’était pas au courant. Son père a déclaré qu’il avait perdu le contact avec la famille de sa mère après avoir quitté la Floride.

Trois jours plus tard, l’infirmier dévoué a rendu visite à Mme Garret tenant un gros bouquet de fleurs. Elle était assise dans son lit, et la couleur était revenue sur sa peau. Elle a souri quand elle a vu Leo, et le sourire a taquiné une cloche dans sa mémoire.

“Bonjour!” dit vivement la femme. “Quelle agréable surprise ! Ce sont des fleurs ? J’adore les fleurs. Prenez-vous l’habitude d’apporter des fleurs aux personnes que vous sauvez ?”

Leo n’était pas d’humeur pour un badinage, alors il a répondu par un “Non” silencieux et sévère. La femme comprit son sérieux et attendit qu’il continue. “Je suis ici parce que je voulais vous poser une question sur une photo que j’ai vue dans votre maison. C’était une photo d’un petit garçon et de sa maman.”

À cela, la femme se redressa et ses lèvres s’amincirent. “C’est une affaire privée. Veuillez partir !”

Léo n’avait pas l’intention d’écouter. “Je suis désolé mais je ne peux pas faire ça. Vous voyez, l’enfant sur la photo, c’était moi et cette femme était ma mère. La photo a été prise quelques jours avant son décès et je souhaite simplement savoir pourquoi vous l’avez.”

Mme Garret était redevenue pâle. “Votre mère?” elle a chuchoté. « Une photo de ta mère ?

“Oui,” dit Léo. “Je crois que j’ai le droit de savoir qui tu es et comment tu en es venu à avoir la photo !”

Mme Garret a commencé à trembler et ses yeux brillaient de larmes. « Léonard ? elle a chuchoté. « Est-ce vraiment toi ?

Léo avait l’impression d’avoir été frappé avec un marteau. « Tu connais mon nom ? Comment me connais-tu ? »

“Oh citrouille, c’est moi, c’est maman…” cria Mme Garret en étendant les bras.

“Non, ce n’est pas possible,” dit Leo en reculant. “Elle est morte il y a 23 ans… mon père…” commença-t-il à dire, mais tourna soudain le dos à Mme Garret et se précipita hors de la pièce, ignorant ses appels.

Plus tard dans la nuit, il a rendu visite à son père, qui a ouvert la porte avec un sourire joyeux. “Hé là, mon fils!” l’homme a dit. “C’est une surprise agréable!”

Léo n’avait pas le temps de bavarder. “Papa, pourquoi m’as-tu menti que maman était morte ?” La mâchoire de l’homme s’ouvrit à la question, et un regard vide tomba sur son visage. « Ta mère… elle est morte !

“Non, papa,” dit Léo. « Elle ne l’est pas et je le sais parce que je l’ai rencontrée. En fait, je l’ai vue aujourd’hui. Elle est vivante et elle connaissait même mon nom. Pourquoi m’as-tu dit qu’elle était morte ?

Fred a su que la ruse était levée dès qu’il a entendu la déclaration de Leo, alors il a décidé de dire la vérité.

“Elle allait me quitter, Léo. Elle voulait t’emmener…” Il leva la tête et ses yeux semblaient froids. “Je l’ai juste battue au poing.”

« Tu m’as fait pleurer sa mort, je n’avais que deux ans ! Léo s’en est pris. Il vit Fred essayer d’inventer ces excuses pour se défendre, mais il n’allait pas écouter, alors il lui tourna le dos et s’éloigna.

Ce même jour, Léo se retrouva une fois de plus près du lit de la vieille Mme Garret.

“Il m’a dit que tu étais décédé,” dit-il, la gorge nouée par les émotions. “J’ai tellement pleuré… tu n’as aucune idée.”

La femme écarta une fois de plus ses bras, et Leo ne perdit pas de temps pour entrer dans son étreinte.

“J’étais inconsolable au début aussi,” chuchota Mme Garret. “Je n’ai jamais renoncé à te chercher, même quand je me suis remarié et que j’ai eu ta sœur, les pensées de toi ne m’ont jamais échappé.”

La mère et le fils ont passé toute la nuit à se rattraper, et Leo ne l’a plus jamais quittée.

Qu’avons-nous gagné dans cette histoire ?

L’amour n’est pas limité par le temps. Leo n’a jamais oublié sa mère, c’est pourquoi il était déterminé à découvrir la vérité lorsqu’il a vu une photo d’elle chez Mme Garret. Ils n’ont jamais cessé de s’aimer, et finalement, le destin a croisé leur chemin une fois de plus.
La tragédie peut conduire à de meilleures choses, mais cela dépend de vous. Leo pensait que sa mère était morte, et cette volonté de s’assurer qu’aucun autre enfant ne souffrait comme lui était ce qui faisait de lui un bon ambulancier.
Partagez cette histoire avec vos amis. Cela pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être celle d’un garçon qui est rentré chez lui pour célébrer Thanksgiving avec sa mère, seulement pour se faire dire qu’elle n’était pas sa mère biologique.

Ce récit est inspiré de l’histoire de notre lecteur et écrit par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est purement fortuite. Toutes les images sont uniquement à des fins d’illustration. Partagez votre histoire avec nous; peut-être que cela changera la vie de quelqu’un.

Leave a Comment