Un pauvre homme donne à une femme plus âgée sa dernière paire de chaussures, le lendemain reçoit un billet de loterie gagnant — Histoire du jour

655 Views

Un pauvre lave-vaisselle en difficulté financière donne sa dernière paire de bottes à une femme plus âgée pour qu’elle puisse protéger ses pieds du froid. Le lendemain, il trouve un billet de loterie, et alors qu’il va tenter sa chance, il découvre quelque chose de surprenant.

Max Wilson, 65 ans, nettoyait vigoureusement la vaisselle en regardant par la petite fenêtre de la cuisine du Roaster’s Diner de New York. La température dans la ville était glaciale et une neige légère est tombée, recouvrant tout le paysage d’une couche de glace blanche et douce.

Il remarqua plusieurs personnes marchant dans la rue, et tout le monde semblait passer un bon moment. Ils n’avaient vraisemblablement pas les mêmes soucis que lui, pensa-t-il en les observant.

Sa mère souffrait d’une pneumonie aiguë et il travaillait des quarts de travail supplémentaires au restaurant pour joindre les deux bouts. “Les choses vont changer pour toi un jour, Max. Ne perds pas espoir….” se rassura-t-il en rinçant la vaisselle et en la posant sur la dalle de la cuisine.

En tant que lave-vaisselle au Rooster’s Diner, la vie de Max tournait autour de deux choses : faire la vaisselle et s’assurer qu’il était impeccable dans son travail.

Parfois, lorsque Max avait terminé ses tâches et avait du temps libre, son superviseur l’envoyait aux tables pour prendre les commandes des clients, et si la chance de Max fonctionnait ce jour-là, ils lui laissaient un modeste pourboire.

Un de ces jours, alors qu’ils manquaient de personnel, son patron lui a demandé de prendre les commandes des clients. C’est ce jour-là que Max a vu une dame âgée à l’extérieur du restaurant. Elle serrait sa valise et regardait autour d’elle avec confusion.

« Qu’est-ce qu’elle a ? A-t-elle besoin de quelque chose ? se demanda-t-il alors qu’il restait debout un moment, la regardant.

“Table 9, Max !” annonça le chef, interrompant l’attention de Max. La commande pour la table 9 était prête. Après l’avoir servi et être retourné au comptoir, Max remarqua que la femme n’avait pas bougé.

Il était conscient du temps froid et a vu que la femme était mal habillée pour cela. Elle portait une veste fine et une écharpe lavande, et ses chaussures étaient usées, avec un trou à son orteil droit.

Le cœur de Max s’est tourné vers la femme plus âgée et il a décidé de l’approcher. Il a demandé à un serveur de s’occuper de ses commandes en sortant du restaurant.

“Puis-je vous aider avec quelque chose, madame?” demanda-t-il en s’approchant d’elle. “Attends tu quelqu’un?”

La femme le regarda avec des yeux pleins d’espoir. “Oh, oui, oui. Mon fils était censé venir me chercher ici, mais il s’est pris au travail et a dit qu’il serait en retard. Je me demandais si je pouvais attendre quelque part à proximité. Il fait assez froid ici. Je viens seulement d’arriver ce matin et je ne connais pas la ville, donc je ne sais pas où aller.”

“Avec mon destin, je vais perdre. Mais essayons…”

« Oh ! Alors vous avez rencontré la bonne personne, madame, » sourit Max. « Je travaille dans ce restaurant ici. Aimeriez-vous prendre un café en attendant votre fils ?

“Oh, ce serait merveilleux,” dit la femme alors que Max l’aidait à monter jusqu’au restaurant. Il a remarqué qu’elle avait du mal à marcher à cause de ses chaussures et il était content de l’avoir aidée car si elle était restée plus longtemps dans le froid, elle serait tombée malade comme sa mère.

Alors que la femme s’asseyait à l’intérieur du restaurant, Max lui servit une tasse d’espresso chaud. Puis il s’agenouilla à côté d’elle et commença à lui enlever ses chaussures.

“Qu’essayez-vous de faire?” Elle rejeta ses pieds en arrière, effrayée.

“Vos chaussures sont usées, madame. Vous ne le savez peut-être pas parce que vous êtes nouvelle dans cette ville, mais vous ne pourrez pas tolérer ce froid dans ces chaussures. Mettez-les…” dit Max à la femme plus âgée. sa dernière paire de bottes.

“Mon défunt père me les a apportés d’Asie. Ce sont vraiment spéciaux pour moi… J’ai un ensemble de chaussures de rechange dans mon casier. Vous pouvez les prendre. Cela gardera vos pieds au chaud.”

La vieille femme avait les larmes aux yeux. « Les chaussures que je portais sont aussi mes préférées. Je pensais qu’elles iraient bien avec ma tenue. Merci.

Max s’est présenté et ils ont bavardé pendant un moment, après quoi le fils de Stella, Adam, est venu la chercher au restaurant. Adam a offert de l’argent à Max lorsqu’il a appris qu’il avait aidé Stella, mais Max l’a modestement refusé.

“Elle était une merveilleuse cliente pour nous, alors je considérerai ma générosité comme remboursée. Je ne peux vraiment pas garder l’argent, désolé…”, a-t-il déclaré.

Le lendemain, Max quittait le restaurant après son quart de travail lorsqu’il est tombé sur un billet de loterie. Il le ramassa du sol et le tourna plusieurs fois dans ses mains, se demandant quoi en faire.

“Je ne trouve pas son propriétaire, et avec mon destin, je vais perdre. Mais essayons…” Il décide de tenter sa chance et se rend dans un dépanneur voisin pour tenter sa chance.

Lorsque l’employé du magasin a vérifié le numéro de série, il a presque crié à l’oreille de Max. “OMG ! Vous l’avez gagné ! Vous avez gagné la loterie d’une valeur de 5 000 $ ! Félicitations ! »

“Quoi?” Les yeux de Max s’agrandirent. « C’est pour de vrai ?

“Bien sûr que oui!” lui a dit le propriétaire du magasin.

Lorsque Max a reçu son prix en argent, il a chuchoté un petit merci à Dieu pour son bonheur accidentel.

Mais le truc, c’est que le billet de loterie n’était pas accidentel. Adam, le propriétaire du dépanneur, l’avait volontairement laissé par terre pour que Max le trouve. De plus, ce n’était même pas un vrai billet de loterie. Tout a été mis en scène par Adam pour remercier la gentillesse de Max envers Stella.

Même si Max n’avait pas réalisé quel grand acte de gentillesse il avait fait en offrant ses bottes à un étranger dans le froid, Dieu savait qu’il devait en être récompensé d’une manière ou d’une autre. Et c’est grâce à Adam que la générosité de Max a été récompensée.

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

La gentillesse est comme un boomerang ; ça te revient toujours. Max a aidé Stella sans rien attendre en retour, et sa gentillesse a été récompensée de la manière la plus inattendue.
Vous ne savez jamais à quel point votre petite aide peut signifier pour quelqu’un. Adam était reconnaissant à Max pour sa gentillesse et il savait que Max méritait d’être récompensé. Mais Adam savait aussi que Max le refuserait s’il lui offrait de l’argent directement, alors il a trouvé un autre moyen de s’assurer qu’il parviendrait à Max.
Partagez cette histoire avec vos amis. Cela pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être celle d’un vieil homme pauvre qui sort de chez lui un matin et trouve une voiture de sport de luxe garée à l’extérieur au lieu de l’ancienne.

Cette pièce est inspirée d’histoires de la vie quotidienne de nos lecteurs et écrite par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est purement fortuite. Toutes les images sont uniquement à des fins d’illustration. Partagez votre histoire avec nous; peut-être que cela changera la vie de quelqu’un.

 

Leave a Comment