Après sa mort, un orphelin apprend qu’il a vécu avec sa mère toute sa vie sous le même toit

592 Views

Walter a vécu avec sa grand-mère et sa tante, Jeanette, toute sa vie. Sa tante lui parlait à peine et était réservée, ce qui le rendait curieux à bien des égards. Mais elle est morte d’un cancer quand il avait 17 ans, et soudain, il a découvert quelque chose de choquant dans sa chambre.

Aussi loin que Walter s’en souvienne, Walter a vécu avec sa grand-mère, Georgia, et sa tante, Jeanette. Il avait huit ans, et tout ce que Georgia a dit, c’est que sa mère, la sœur de Jeanette, s’était enfuie après l’accouchement, et qu’ils ont décidé de l’élever eux-mêmes. De plus, ils ne savaient rien de son père.

Mais quelque chose à propos de sa tante Jeanette était un mystère. Elle lui parlait à peine et sa chambre était toujours fermée. Elle était une jeune femme et n’avait jamais travaillé. Elle ne quittait sa chambre que la nuit, bien après l’heure du coucher de Walter. Mais il se faufilait souvent pour voir ce qu’elle faisait

Jeanette s’asseyait habituellement à la véranda de leur maison pour broder quelque chose. Elle travaillait sur des vêtements et avait exposé quelques broderies encadrées dans la maison. Mais la plupart d’entre eux étaient également interdits, et Walter n’en devint que plus curieux.

Walter se leva, tenant les papiers dans ses mains, et demanda une explication à sa grand-mère. « Comment as-tu pu ? Tu m’as caché la vérité toutes ces années !
Un soir, après s’être assuré que Jeanette était occupée à la véranda, Walter s’est faufilé dans sa chambre. C’était assez standard, même s’il y avait des broderies qu’il n’avait jamais vues traîner et même une machine à coudre.

Mais quelque chose d’autre attira son attention. C’était un coffre, et il essaya de l’ouvrir, mais il était bien verrouillé. Le jeune garçon l’ouvrit mais n’y parvint pas. Il a commencé à s’inquiéter du retour de Jeanette, alors il est retourné dans sa chambre cette nuit-là.

Chaque nuit après cela, il a fait la même chose et a essayé d’ouvrir le coffre en vain. Finalement, il s’est convaincu que cela détenait quelque chose de vital pour sa vie. Peut-être avait-il plus d’informations sur sa mère et son père. Ça pouvait être n’importe quoi d’autre, mais il fallait qu’il sache.

Ni Jeanette ni sa grand-mère ne l’ont jamais attrapé, mais il a perdu tout intérêt après de nombreuses tentatives et ne s’est plus jamais faufilé dans la chambre de sa tante.

***

“Walter, viens ici”, l’appela sa tante Jeanette depuis son lit d’hôpital. Il avait 17 ans et c’était la première fois qu’elle lui parlait. Sa grand-mère venait de s’éloigner pour aller chercher quelque chose à la cafétéria. Il marcha vers elle d’un pas raide et se pencha pour l’écouter.

“J’ai une demande. Il y a un coffre dans ma chambre. Vous trouverez la clé dans l’un des tiroirs. J’y ai une robe que j’ai brodée moi-même. Je veux être enterrée dedans, s’il vous plaît”, lui a-t-elle dit en sa faible voix. La maladie était trop avancée cette fois, et elle savait qu’elle mourrait bientôt.

Ce n’est que lorsqu’elle a rechuté il y a un an que Walter a découvert que Jeannette avait déjà été malade. Elle a reçu des traitements pour cela et est entrée en rémission à l’âge de trois ans, mais son corps était faible. C’est pourquoi elle n’a jamais travaillé et est restée à la maison la plupart du temps.

Maintenant, c’était de retour, et cette fois, il n’y avait rien d’autre que les médecins pouvaient faire pour elle. Pendant ce temps, Walter était presque un adulte, mais l’idée de perdre un membre de sa famille lui était terrible.

Pourtant, il devait hocher la tête. “Bien sûr, tante Jeanette. Je peux arranger ça.”

“Merci, ma chérie,” répondit-elle et s’endormit. Elle ne s’est jamais réveillée.

***

Walter et sa grand-mère sont rentrés chez eux pour se reposer. Les funérailles avaient lieu le lendemain et ils avaient besoin de dormir avant. Mais en arrivant, il se souvint de ce qu’il avait promis à sa tante à l’hôpital.

Sa grand-mère alla directement dans sa chambre et ferma la porte. Il se rendit dans la chambre de Jeanette, s’approcha de ses tiroirs et chercha la clé. C’était sur le premier tiroir.

“Je me demande pourquoi je ne l’ai jamais trouvé quand j’étais enfant,” marmonna-t-il en saisissant le coffre et en s’asseyant sur le lit de Jeanette pour ouvrir la serrure.

Il y avait un tissu blanc sur le dessus, mais ce n’était pas une robe. “C’est étrange,” dit-il doucement en le sortant. Mais il y avait d’autres choses à l’intérieur. Il y avait plusieurs enveloppes et papiers, et il repéra son nom dans certains d’entre eux.

Après les avoir feuilletés, Walter s’est rendu compte que l’un d’eux était son certificat de naissance, qu’il n’avait jamais vu, et le nom de Jeanette figurait comme sa mère.

“Qu’est-ce que c’est?” se demanda-t-il et feuilleta d’autres documents.

Il en a découvert un qui expliquait comment Jeanette avait renoncé à ses droits parentaux à sa grand-mère, et tout s’est finalement enclenché. Jeanette était sa mère biologique. Il n’y a jamais eu personne d’autre. Mais pourquoi lui ont-ils menti toutes ces années ?

“Qu’est ce que tu fais ici?” entendit-il sa grand-mère demander depuis la porte.

Walter se leva, tenant les papiers dans ses mains, et demanda une explication à sa grand-mère. « Comment as-tu pu ? Tu m’as caché la vérité toutes ces années ! Ma tante était ma mère ! dit-il avec émotion alors que les larmes remplissaient ses yeux.

« NON ! Qu’est-ce que tu fais avec ça ? Tu n’étais pas censé les voir ! Georgia beugla et essaya de lui arracher les papiers des mains. Mais Walter était devenu trop grand pour elle. Elle a essayé de sauter mais n’a toujours pas pu les atteindre.

« Grand-mère ! Pour l’amour de Dieu ! Tu me dis la vérité ! demanda Walter alors que les larmes coulaient.

Sa grand-mère a essayé de garder un visage stoïque, mais à la fin, son visage s’est crispé émotionnellement et elle a commencé à parler.

“Quand Jeanette est tombée enceinte à 16 ans, ça a été un désastre. Je lui ai dit de s’en débarrasser, mais elle n’a pas écouté. Ça aurait été une honte pour les gens de savoir que ma fille avait un enfant à son âge et hors mariage, pas moins !” Georgia gémit. “Alors quand elle a eu le bébé… eh bien, tu… je l’ai forcée à me donner les droits parentaux. Nous avons signé tous les papiers et tout.”

“C’est dingue!” cria Walter en s’éloignant de sa grand-mère. Il la regarda avec de grands yeux incrédules.

“Ça n’a pas marché ! Les gens savaient exactement ce qui s’était passé et des rumeurs ont commencé à circuler. C’est pourquoi nous avons déménagé de l’Arkansas au Texas. Je ne pouvais pas le supporter. Ici, personne ne nous connaissait, mais j’ai quand même décidé que la meilleure histoire dire, c’est que tu étais mon petit-fils d’une fille qui s’est enfuie », a poursuivi sa grand-mère, les larmes coulant régulièrement de ses yeux.

« Je ne comprends pas. Pourquoi ne s’est-elle pas battue avec toi ? demanda Walter.

« Jeanette… eh bien ? Elle était encore une adolescente. Elle n’avait pas le choix. Elle devait m’obéir. Et puis… eh bien, nous avons découvert qu’elle était malade. , donc je pense que j’ai pris la meilleure décision”, a expliqué Georgia, essuyant ses larmes mais toujours émue.

« Non, tu ne l’as pas fait. Regarde ! Walter a crié et pointé du doigt une broderie qu’il n’avait pas comprise au début. C’était une mère avec son enfant. C’était Jeanette et Walter. Il l’a ramassé et l’a poussé au visage de Georgia. « C’était ma mère. Elle m’aimait. Mais tu m’as forcé à m’éloigner d’elle alors que nous vivions dans la même maison !

Georgia prit la broderie dans ses mains et la fixa intensément pendant quelques secondes. Elle a recommencé à gémir et Walter l’a arraché des mains.

“Je ne te le pardonnerai jamais !” il a menacé, et la puissance de cette déclaration a envoyé la Géorgie dans l’hystérie. Walter le sentait aussi dans son cœur, mais il était déterminé.

Évidemment, sa mère voulait qu’il découvre ce grand secret. C’est pourquoi elle a parlé de la robe inexistante sur sa poitrine. Il souhaitait seulement l’avoir ouvert plus tôt et découvert la vérité avant qu’elle ne soit partie.

Walter est resté avec des amis au cours des mois suivants, et quand il a eu 18 ans, il a emballé ses affaires de la maison de Georgia, partant pour toujours. Il a pris ses documents et la broderie de l’image mère-fils. Il visitait souvent la tombe de Jeanette.

Des années plus tard, lorsqu’il a acheté sa première maison, il a encadré la broderie et l’a placée là où tout le monde pouvait la voir.

Que pouvons-nous apprendre de cette histoire ?

Une mère et son enfant doivent toujours être ensemble. Georgia a essayé de séparer Jeannette de son fils, mais elle était toujours là sur son chemin. Il en voulait à sa grand-mère pour ses actions plus tard.
La vérité a une façon de sortir. Walter a découvert ce que sa grand-mère avait fait, surtout parce que Jeannette était déjà partie à ce moment-là. La vérité peut sortir, mais il est peut-être trop tard pour améliorer les choses.
Partagez cette histoire avec vos amis. Cela pourrait égayer leur journée et les inspirer.

Si vous avez aimé cette histoire, vous aimerez peut-être celle-ci sur trois sœurs orphelines qui ont été séparées après la mort de leurs parents et qui ont juré de se revoir.

Ce récit est inspiré de l’histoire de notre lecteur et écrit par un écrivain professionnel. Toute ressemblance avec des noms ou des lieux réels est purement fortuite. Toutes les images sont uniquement à des fins d’illustration. Partagez votre histoire avec nous; peut-être que cela changera la vie de quelqu’un.

Leave a Comment